couleurnature.blog4ever.com

COULEUR NATURE

Les risques insoupçonnés de nos produits de beauté quotidiens

              

 Vous verrez plus que trop souvent les abréviations suivantes aux dos de vos produits d'hygiène habituels : BHT, BHA, tetrasodium EDTA, DMDM Hydrantoin, PEG,  aluminiumchlory-drate (déodorants), triclosan … 

Les produits d'entretien contiennent obligatoirement des conservateurs pour éviter le rancissement et la prolifération bactérienne. Jusque là tout est logique. Mais le problème est que sous couvert de vous rendre propre, hydraté, parfumé, exfolié,… Les conservateurs en tout genre qui inondent vos beaux flacons ne sont pas toujours aussi sains ou bénéfiques qu'on le croit. La réalité est que l'on se laisse généralement vite convaincre par l'image véhiculée du produit en question (packaging, idée d'un produit contenant de nouveaux actifs anti ce qu'on veut, image prestigieuse d'un produits naturel et/ou en vogue chez un public ciblé) Nous avons l'exemple de certaines marques qui ventent les vertus des plantes dans leur produits. Vertus infinitésimales, puisqu'elles sont immergés dans d'autres substances qui viennent faire mentir la mention de « produit aux vertus naturelles ».

Vous me direz tout de même qu'il faut des conservateurs ! Mais le problème reste l'utilisation de conservateurs chimiques donc à prix à moindre et qui ne sont pas les plus naturels, loin de là ! De ce fait, que sait-on des effets réels et à long terme de ces substances dans notre organisme ?

Voici quelques renseignements :

 

1 /  L'EDTA : trisodium EDTA ou tétrasodium EDTA. Principalement employé dans les savons, gel douche, bain moussant.

Cet élément  et son ersatz l'etidronic acid, ont la propriété de se fixer dans l'organisme et sont donc critiques du point de vue toxicologique. Par ailleurs, ils sont malheureusement difficilement dégradables. Pourtant après avoir longtemps cherché des alternatives, on en a désormais trouvé et l'on peut donc se passer de ces produits. On pourrait par exemple utiliser pour les remplacer : l'acide phytique (obtenu à partir de l'enveloppe du grain de riz). Malheureusement ça n'est pas le cas des produits les plus courants que l'on retrouve dans TOUS les produits de supermarché.


2 / BHT : Butylhydroxytoluène et BHA : Butylhydroxyanisole sont des anti-oxydants pour prévenir le rancissement des produits. Consommés à haute dose, ils ont des effets cancérigènes pour l'estomac (d'où leur interdiction dans les produits alimentaires). Cependant ils sont toujours  autorisés dans les cosmétiques alors qu'ils pourraient très bien être remplacés par des antioydants plus naturels comme le tocophérol (= vitamines E).

Le BHA et BHT sont des composants organo-halogénés, c'est-à-dire qu'ils ont subit une halogénation. Ce procédé consiste à introduire des molécules de chlore, de brome ou de l'iode. Cela fait des composants organo-halogénés des conservateurs synthétiques qui sont pointées du doigt du fait de leur potentiel allergène et hautement réactif. En fait ces produits peuvent si ils parviennent dans les tissus, s'y décomposer, si fixer et les endommager.


3 / DMDM Hydrantoin : C'est un libérateur de fomaldéhydes. Cet antimicrobien peut dénaturer les protéines et agit comme un cheval de Troie car il introduit des aldéhydes dans les cellules.

Les libérateurs de formaldéhydes sont actuellement  sujets à polémiques car ils libèrent des formaldéhydes lors d'un contact prolongé avec l'eau.

 
Le formaldéhyde : C'est un conservateur qui, à présent, a été remplacé dans bon nombre de formulations. C'est en effet un fort allergène (classe A selon le DIMDI). Cependant d'autres conservateurs peuvent libérer du formaldéhyde (Ex : le Diazolidinyl urea, l'Imidazolidinyl, le Quaternium-15, le 2-Bromo-2-nitropopane-1,3-diol)

D'après la directive cosmétique : "Tous les produits finis contenant du formaldéhyde ou des substances (...) libérant du formaldéhyde doivent reprendre obligatoirement sur l'étiquetage la mention «contient du formaldéhyde» dans la mesure où la concentration en formaldéhyde dans le produit fini dépasse 0,05 %."

En tant que conservateurs, le Formaldéhyde est interdit dans les aérosols, et sa concentration ne doit pas dépasser 0,2% sauf pour les produits pour hygiène buccale : 0,1%. Cependant, dans les produits pour durcir les ongles, sa concentration est autorisée jusqu'à 5%.

Mais on trouve toujours des libérateurs de formaldéhyde et notamment le DMDM Hydantoin. Ce sont des conservateurs et on les retrouve souvent dans des produits ne contenant pas de parabens (et s'en vantant).

Il faut signaler que le seul petit nombre de tests au formaldéhyde ont entraînés la formation de cancers chez des rats.

 

4 / (PEG) Les polyéthylenglycols  : dont l'obtention se fait à partir de gaz et de manipulations extrêmement dangereux. En outre, ils augmenteraient le phénomène de boutons et points noirs.

Les PEG et PPG sont élaborés à partir du polypropylène glycol (PPG) et de polyethylèneglycol (PEG). 

 
5 / Le triclosan
est un produit chloré hautement réactif. C'est un bactéricide qui peut empêcher le bon fonctionnement du foie. Il est souvent souillé par la dioxine qui est très dangereuse, même en quantité infime.

 

6 / Chlorydrate aluminium (Sels d'aluminium) : Ils sont employés dans les déodorants et peuvent provoquer des réactions inflammatoires. Les glandes sudoripares peuvent être endommagées par une utilisation répétée. Les recherches en cours en font un ingrédient polémique car ils pourraient se fixer dans certains organes dont le cerveau.

Sources : "La vérité sur les cosmétiques" Rita Stiens Prix éditeur : 23 euros- Leducs éditions -  le site internet : Le flacon.


25/03/2007
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 15 autres membres